03 janvier 2009

Griotte me doi(g)t tout

La dernière fois que je suis allée en ville avec Griotte, c'était hier.
D'habitude, je ne sors pas trop en ville avec ma colocataire. Elle ne sait pas se tenir. Mais faire les magasins avec ma copine Phryne de Bars-Crassous, c'est un peu chiant, on finit toujours chez Baccarat et il faut absolument, à chaque fois, aller boire un thé dans un de ces salons pour mémés, sous prétexte que c'est la tradition chez elle, d'aller boire un thé après les courses. Autant aller faire du lèche-vitrine avec Mère.


Découvrez Green Day!

Donc j'étais en ville avec Griotte et j'essayais de lui inculquer quelques bonnes manières comme par exemple : ne pas montrer du doigt les gens laids, en criant : " Oh qu'il est moche celui là ! "

Elle me pointait une adolescente un peu ronde saucissonné dans son slim en criant "Regarde, regarde, elle ! Ses fesses on dirait une banane" quand j'en ai eu assez. Je lui ai tapé sur la main en lui disant :" Griotte, montrer du doigt c'est mal ! " Et pendant qu'on courait parce qu'elle avait vraiment crié fort et que le petit copain de la demoiselle dardait vers nous un regard de bovin furieux qui ne présageait rien de bon, elle m'a demandé : "Mais au fait, pourquoi c'est mal de pointer du doigt ?"

Je me suis arrêtée net, je l'ai prise par le bras et je l'ai tirée dans le premier magasin, c'était... devinez quoi, un salon de thé pour mémés, à croire que j'y suis condamnée. On a repris notre souffle en commandant quelques mignardises et deux chocolat chauds.
"Alors ? " a demandé Griotte, qui n'a pas beaucoup d'idées mais les a plutôt fixes. "Explique moi pourquoi c'est si mal de montrer du doigt ? "

Je l'ai regardée d'un air pénétré, pendant de longues secondes, histoire de trouver quoi lui répondre et je me suis lancée :
" Tu vois Griotte, dans le temps, il y avait des sorcières. Elle ne servaient pas à grand chose, au mieux à guérir les verrues, et à empêcher les enfants de rentrer en retard de l'école de peur d'en croiser une qui les transformerait en crapaud ou en cloche à fromage. Mais socialement parlant, elles avaient un rôle crucial, elles assuraient une démographie florissante à leur région : chaque soir de sabbat, elles allaient danser nues en cercle dans une clairière.
Les hommes des villages voisins venaient mater ces naïades en goguettes, tout heureux de voir des femmes, nues et pas trop pouilleuses, se dandiner en rythme. Tu comprends à l'époque, ils ne se déshabillait pas beaucoup et les mâles trouvaient un peu dur d'enquiller Madame alors qu'elle avait le cheveu gras, la peau luisante et un corps plein de dartres recouvert de châles qui grattent. Alors il allaient voir les sorcières danser au Sabbat et il en revenaient tout frétillants, l'œil vague typique du mal en rut, et la jugeote en berne. C'était un peu leur film sur Canal + du samedi soir et ça aidait sacrément à la reproduction. Mais leurs femmes elles , ne le voyaient pas de cet œil là, pure jalousie tu me diras. Mais l'air un peu hagard de leur Jules qui, évidemment, ne pensait pas à elles en les fourrant à la hussarde sur la table de la cuisine leur déplaisait au plus haut point et elles préféraient dire qu'ils avaient été ensorcelés.

Un jour, le roi de l'époque, qui était impuissant, est allé voir un sabbat, histoire de se faire ensorceler et enfin pouvoir tester l'infante que ses parents lui avaient refilé. Malheureusement ce soir là, c'était un sabbat de répétition, elles dansaient sur cette chanson des Blues Brothers où ils pointent le public en disant, I need you you you , avec la chorégraphie et tout. Mais c'était pas terrible et ça a pas plus au roi. Mais pas du tout, il préférait largement le clavecin. Bref, furieux de n'avoir pas pu arquer devant le spectacle alors que ses sujets y arrivaient très bien, il a lancé un mandat d'arrêt contre toutes les sorcières, sous prétexte qu'elles ensorcelaient les gens. Il était vraiment mesquin. Et comme il n'était allé à Sabbat qu'une fois et qu'il mes avait vu pointer du doigt à tout va, il répandit la rumeur que toute personne pointant du doigt était sûrement une sorcière en train de jeter un sort, et qu'il fallait la brûler. Ce qui fut fait. Ces persécutions ont duré plus de 100 ans. "
- Le roi impuissant a vécu plus de 100 ans ?
-...
- ?
- Non, ils étaient impuissants de père en fils.
- Ah oui, c'est comme dans ma famille, on est stérile de mère en fille.
-...
- ?
- Oui. Bon. Je disais donc : Ces persécutions on duré plus de cent ans et franchement, ils brûlaient tout et n'importe quoi. C'est pour ça que les mères qui souhaitaient conserver leur progéniture en l'état et non pas en kébab, leur apprenait à ne pas pointer afin de ne pas se faire remarquer.
Avec le temps c'est passé dans les mœurs. Et aujourd'hui même si dans le vocabulaire courant ceux qu'on appelait jadis des sorcières sont devenu des nudistes et ont des plages pour eux tout seuls, il est toujours très mal vu de montrer du doigt.

- Tu veux dire que si ce soir là, les sorcières n'avaient pas dansé sur les Blues Brothers mais sur la chanson de Pulp Fiction, alors on pourrait montrer du doigt dans la rue, mais pas faire ça.

Là, Griotte s'est mise debout et a commencé à mimer la chorégraphie.

J'ai pas eu le temps de lui dire que c'était, là aussi, un truc qu'il fallait éviter de faire en public et à jeun, que la dame qui tenait le salon de thé nous a vertement mises à la porte en nous pointant du doigt et en nous maudissant jusqu'à la 5e génération. J'ai trouvé qu'elle avait beaucoup d'humour. Par contre Griotte y a cru et, pour sauvegarder l'avenir de sa famille, vient de promettre de ne jamais se reproduire pendant 5 générations. Croyez-moi, c'est pas plus mal.

Et, pour alimenter cette rubrique Culture Gé du samedi, je ne vais pas compter que sur les inanités de Griotte pour divaguer : je vous fais confiance pour me poser des questions. Si je les trouve suffisamment dingues, promis, j'y réponds.

Sources :
photo d' Asia Argento et culture générale parfaitement superflue tirée de ce livre

6 commentaires:

Le Sushi a dit…

Il y a matière à creuser du côté du cousinage de Griotte, doit y avoir des descendants du roi dans le coin, entre les impuissants et les stériles de génération en génération...
Bon, je vais réfléchir à une question, là, comme ça, j'en n'ai pas... Je dois avoir un petit passage à vide...

xi0ix a dit…

Digne dingue, donc.

Franck M. a dit…

se méfier des rondes en slim dont les fesses ressemblent à des bananes

walkingthedog a dit…

Ca m'arrive de pointer du doigt, et elle adore ça !

Le coucou a dit…

C'était la fameuse dynastie des rois Cocus? Chez Griotte, par contre, on se reproduit peut-être par scissiparité, à la protozaire?

Framboise a dit…

le sushi : griotte c'est un peu le chaînon manquant des fois. entre l'homme et la levure...

xiOix : si vous le dites. (comment on prononce ce pseudo ? )

Frank M . Je me méfierais plutôt de celle qui sont capable de comparer des fesses à des bananes.

walkingthedog : oui, comme ça forcément, c'est plus plaisant.

Le coucou : Un laboratoire qui étudie la parthénogenèse m'a contacté après lecture de ce billet. Il voulaient m'acheter Griotte, mais j'en avait encore besoin, c'est elle qui fait la vaisselle.