28 décembre 2008

Full house.

La vie est injuste !
Je voulais commencer ce nouveau blog auréolée de gloire, et me voilà à vous narrer ma version de ce qu'on pourrait appeler le week-end le moins maîtrisé de toute ma vie.
Et pourtant je me maîtrise peu.


Découvrez Nouvelle Vague!





Juste avant Noël, je voulais passer à Bruxelles voir mon adorable frangin Calixte, histoire de profiter de son bar, de sa salle de bain, et mettre un peu les points sur les I à propos d' une paire d'horreurs que celui-ci a cru bon de communiquer au monde entier.

Mais quand je suis arrivée, le blondinet que j'ai trouvé là ne ressemblait en rien à mon frangin. Il était debout dans l'entrée et il m'a pointé le post-it que Calixte m'avait laissé :

« Gerboise,
J’ai cru comprendre que tu venais, je pars en week-end. Ne me cherche pas, le frigo est plein mais fais attention, le sol glisse encore.
Ton frère qui t’aime, mais plutôt de loin. »

J’avais un peu décoléré de sa dernière trahison mais là, c’était impardonnable. J’ai posé mes affaires, retiré mes vêtements hic et nunc et j'ai dit au Graphopathe - c'est ainsi qu'il s'est présenté, prétendant qu'on s'était déjà vu à un mariage, ce qui doit être vrai car il n'a pas eu l'air trop surpris par mon absence de petite culotte - que j'allais prendre un bain.
C'était un mensonge ! Comme si j'allais être franche avec un mercenaire à la solde de mon frère ! Je me suis discrètement glissée vers le dressing, armée d'une paire de ciseaux et j'ai vengé mon honneur bafoué de petite sœur modèle.

J’étais assise par terre, enveloppée dans une chemise de Calixte, bien occupée à découper en petits carrés ma 8eme paire de lacets de Converse quand le Graphopathe a surgit derrière moi, l'air terriblement tracassé. C'est vrai qu'il me restait encore beaucoup de lacets à découper.

" Il y a une autre paire de ciseaux dans un des tiroirs du bureau de mon frère. "
" Je vous demande pardon ?"
" Vous veniez m’aider non ? "
" J’ai amené quelques films amusants, ça vous dit ? " a-t-il prudemment opposé.
" Calixte m’a dit que vous jouiez beaucoup à la poupée, on pourrait faire ça plutôt, je serais votre love-doll."
Son visage s'est crispé et il a répondu suppliant :
" On pourrait commencer par Mort à Venise?"

J'ai compris que mon week-end était fichu.


" Ah oui ! C’est bien aussi. " j’ai dit. "Mais saoule alors."

En vidant son bar, j’ai un peu plus maudit Calixte. Un baby-sitter, à mon âge ! Mais si c’était le test à passer pour rentrer dans les bonnes grâces de mon frangin, alors d’accord j’étais prête à passer la soirée la plus chiante du monde devant des Woody Allen éculés en compagnie d’un type qui ne jetterait pas plus qu’un regard appréciateur d’artiste sur ma plastique parfaite.

L'avantage du Graphopathe est qu'il ne s'est pas fait prier pour se coller à la confection des cocktails, et non seulement il ne s'en sortait pas trop mal, mais en plus, chaque fois qu'il s'absentait pour remplir mon verre et le sien, j'en profitais pour raccourcir mon supplice audiovisuel d'une dizaine de minutes.

Le plus souvent possible.

Il commençait a vaciller légèrement quand il a mis, tout excité, le DVD d'eXistenZ dans le lecteur.
C'est là que je me suis dit que non, décidément, c'était pas juste ! Mon frère m'avait fait faux bond et était parvenue à dégoter un type plus intéressé par Jude Law que par la fille quasi-nue et offerte assise à ses côtés.
Et mon besoin de tendresse alors ?
J'ai profité de la légère lueur lubrique allumée dans le regard du Graphopathe à la vue de l'unique scène un peu hot du film et je lui ai fait un petit bisous. Rien de bien torride mais ça a suffit à faire bafouiller une excuse à Monsieur et il a titubé jusqu'à l'ordinateur, prétextant un billet en retard. Non sans s'assurer que les Simpsons remplaçaient le couple Jude Law/je sais plus qui à l'écran. Il m'a aussi, en évitant de me regarder dans les yeux, collé une chope de beer buster entre les mains, comme si ça allait remplacer une étreinte enflammée. Pff.

Et là...et là.... euh...

Bon d'accord, je ne trouve rien pour justifier ce qui est arrivé après, j'étais saoule, j'avais oublié d'aller au toilettes, le film était drôle, je rigolais, j'ai pas pu me retenir : je me suis faite pipi dessus.
Ca arrive a tout le monde, non ?
Non ?
non.
bon...

En fait, c'est là que le Graphopathe a un peu perdu le contrôle de la situation, à vouloir boire autant que moi.
En revenant dans la salle de bain je l'ai trouvé sur le pouf, anéanti. Il avait essayé d'essuyer mes bêtises avec une écharpe Armani... Or si il y a une chose à laquelle Calixte tient plus qu'à son mobilier, c'est sa garde -robe.
Comme baby-sitter , il était assez nul, mais sa détresse était si flagrante et si attendrissante que j'ai décidé que j'allais lui rendre toute sa joie de vivre, au pauvre chou.
Il avait l'air siiiii malheureux...
Et rien de tel qu'un Champagne Flip pour remettre des bulles dans votre vie ! Bon j'ai du me tromper un peu dans les proportions du breuvage mais ça a fait son petit effet puisqu'on a décidé de jouer aux légos. C'était amusant ! Surtout quand le Graphopathe a décidé de se mettre tout nu, lui aussi, pour faire de son dos la piste d'atterrissage des vaisseaux spatiaux Starwars de Calixte. Après on s'est enroulé dans la couette du lit de Calixte et on a regardé des épisodes de Sex and the city en buvant un truc belge assez dégueulasse.(il imite super bien Charlotte !! )

Et puis après même pour moi ça devient un peu compliqué.
J'ai le vague souvenir que nous avons marché (rampé ?) tout les deux, enrobés de la couette, jusqu'au dressing de Calixte. On trouvait absolument génial qu'il nous ait prêté son appart' pour une soirée aussi cool et ça nous semblait une bonne idée d'aller lui rendre hommage dans l'une des pièces où il passe le plus clair de son temps. Là où je m'étonne c'est comment, dans son état il a réussi a me maintenir (par les fesses) assez longtemps sur un tabouret pour que je puisse dessiner de grands cœurs et des positions du kamasutra au plafond.

On a admiré notre œuvre, très fier sur le moment. Et il m'a demandé l'œil humide : "Dis Framboise, tu veux encore être ma love-doll ? "
J'allais pas dire non !

Quand je me suis réveillée, j'ai trouvé le Graphopathe hagard au milieu des débris de la soirée. C'est un garçon très gentil, mais j'ai préféré le laisser se débrouiller tout seul avec Calixte.

Il y a trois choses auxquelles mon frangin tient plus que tout, son mobilier, sa garde robe, et sa petite sœur.




Photo extraite de "Last Days" avec Asia Argento et Michael Pitt.

16 commentaires:

Le Sushi a dit…

Lire la phrase de présentation sous "enregistrer un commentaire" nuit gravement à la dépression. Je tiens à le signaler. Et sinon, le Grapho-chose, il a survécu? (c'est nouveau ici? C'est tout beau, ça sent encore le neuf!)

Framboise a dit…

Le sushi : je m'excuse si la lecture de mon blog fait mentir votre surnom. Cela dit, quoi de mieux qu'un pic d'hilarité pour retomber dans la déprime à vitesse grand V ?
Le GraphoPATHE (pas -chose, il va vous mordre) survit pour le moment, mais il en a réchappé de peu , il en fait état lui-même.

Et oui j'ai déménagé, le grand blog me semblait vide toute seule, il y avait de l'écho, alors j'en ai pris un plus petit.

mtislav a dit…

J'avais pas aussi bu depuis les vendanges de Balmeyer !

Nicolas a dit…

Tiens ! Un nouveau blog !

Klixte a dit…

Framboise, en lisant tes lignes je me rend compte qu'il me faut te signaler que tu n'es encore en vie que pour deux raisons.
La première c'est que vous n'avez vomi nulle part ce qui, vous connaissant, restait une gageure.
La seconde c'est que tu m'as laissé le Graphopathe sous la main et que le faire expier son sonnet immonde reste pour moi un grand soulagement.

En parlant du poète susdit, je tiens quand même à te signaler qu'une vraie love doll ne chevauche pas son propriétaire en hurlant les quelques phrases qu'elle a retenues de ses visionnages de Card Captor Sakura. Elles sont calmes et soumises ces poupées. C'est pour ça qu'on les aime.
(Tu avais laissé le caméscope allumé sur ma commode. Donc j'ai jeté un œil…)

Framboise a dit…

mtislav: en effet ! ici c'est plus varié et dans un délai pluscourt. Par contre à la fin on ne voit pas la vierge...

nicolas : vous êtes très perspicace !

Calixte, mon chéri, je n'aurai que deux mots :

Sister Complex.


(Tu peux m'envoyer une copie ? je ne me souviens plus du tout. J'espère qu'il ne me répondait pas en m'appelant Tomoyo-chan... )

cultu avec un p'tit c a dit…

J'adOre, rein d'autre à dire, j'adOre , vraiment !

comm and come a dit…

Aïe le magnétoscope...

C'est dur, heureusement que ton frère est cool ! Ma soeur fait un truc pareil, je lui rase la tête ^^

Cath a dit…

ça n'est pas plutôt "too old to fuck" ???

Bon, j'arrive ici totalement en touriste. Le boudoir de framboise, ça colle les jetons au premier abord et pour qui est allergique aux "blogs de fille". Honnêtement, c'est mon cas et à mon âge, plus de faux semblants que diable !!!

Tout compte fait, ce boudoir accroche bien aux dents, très bien même.

Je m'en vais relire ce post, car (et là encore honnêtement), je n'ai pas vraiment suivi le sens, étant plutôt amusée, très amusée par le ton et la couleur !

Le coucou a dit…

Prometteur! Mtislav à raison, on boit autant que chez Balmeyer.
À bientôt!

pyrome a dit…

Sourire, après le premier billet du blog, j'attends le premier billet de l'année :) )))

Framboise a dit…

Cultu avec un petit c : je suis ravie que vous adoriez avec un grand O !

Comm and come : Comment dire : je prends exemple sur mon frère. Donc il n'a pas intérêt à venir trop se plaindre après !

Cath : je débarque d'un autre blog, ce qui explique peut être que certains détails vous échappent. Mais bienvenue ici de toute manière ! je tâcherai de faire moins cryptique dans les prochains billets.

Le coucou : Merci !

Pyrome : j'en suis ravie. Il faut revenir vers samedi alors. Avant je ne crois pas que je serais en état !

Anne-Elisabeth a dit…

Ah, te revoilà enfin =)
Bon, j'ai changé de pseudo ( Elsa, auparavant ), mais je suis toujours fidèle au poste !

Et le Gramotruc, il a fini en combien de petits morceaux ?

Cult! a dit…

Très bien, je vois que ça commence fort. J'aime bien découvrir au moins un blog par an, vous me simplifiez la tâche là.
Grave.

And so… je vais pas vous dire que c'est bien écrit, non, fuck it…

Cl'm a dit…

En allant présenter mes voeux aux maître des lieux, je suis passé par le dressing ^^.

Les dessins ont disparus sous une ou deux couche de patine cirée. Le poème, par contre, se laisse encore deviner quand on tamise l'éclairage ^O^...

Framboise a dit…

Elsanélizabeth : oui me revoilà, je vais essayer d'être un peu plus régulière ici.
Et le GraPHoPATHE (décidément c'est une habitude d'écorcher son surnom !) est toujours en un seul morceau. Je crois...

Cult ! Si je peux rendre service !
(et non ne le dites pas :) )

Cl'm : Et voilà le numéro 3 de la bande ! Ce qu'il peut être moqueur ! Au fait, au départ c'est pas vous que mon Calixte avait embauché comme babysitter ? Pleutre !