10 avril 2009

Viens chez moi, j'habite chez une copine.

David est parti en reportage depuis lundi.


Voilà donc presque une semaine que nos voisins ne voient plus Griotte passer d’un appartement à l’autre en petite culotte, ou en soutien-gorge (plus rarement les deux en même temps), ça doit les reposer. Moi par contre ça me fatigue : Griotte est beaucoup plus à la maison.


Or, en ce moment je ne sors pas. Je suis très sage. Vu les dernières menaces en date de Calixte, si je ne me tiens pas à carreau, si j’atterris ne serait-ce qu’une fois au poste, si une soirée mondaine dérape et que les échos en parviennent aux oreilles de Mère, c’en est fini de ma tranquillité ! Ils vont encore me trouver un emploi, un fiancé ou une horreur du même acabit. Alors je reste sagement à la maison le soir.


Rien de grave en soi, mais avec Griotte en permanence dans l’appartement ça me pose un petit problème.

Démonstration :

- Framboise ?
- …
- Framboiseeeuh.
- Mmmmh
J’ai posé mon livre et décroisé les jambes. Griotte, allongée sur le canapé, une jambe passée par-dessus le dossier, son furet dans le cou, me jetait des regards désespérés.
- Je m’ennuie.
- Lis un livre.
- …
- …
- Nan mais je m’ennuie vraiment !
- Tu veux qu’on joue à la Wii ?
- Bof…
- Tu veux qu’on regarde un film ? Gabriel m’a prêté…
- …laisse tomber.
- Oui, t’as raison. Qu’est ce que tu veux faire ?
- Je veux du sexe.
- Appelle un ex.
- Pas envie.
- Mandarin ?
- L’est à Hong kong ce mois -ci, suis un peu.
- Alors je ne peux rien pour toi. Ais-je soupiré en reprenant mon livre. J’avais à peine retrouvé ma ligne que Griotte soupirait
J’ai levé les yeux discrètement, elle avait posé Poupoune par terre et sa seconde jambe avait glissé sur vers le sol. De mon fauteuil je voyais très bien qu’elle n’avait pas de petite culotte sous la nuisette qu’elle avait remontée jusqu’à la taille. Et qu’elle avait tenté une épilation américaine, la petite coquine.
J’ai levé les yeux un peu plus. Elle m’a lanté un regard lascif.

J’ai fait mine de replonger dans mon livre, mais il faisait déjà un peu humide. Comment voulez vous suivre une intrigue quand votre coloc’ commence à se tripoter le clitoris en plein dans votre angle de vision ?
De sous mes cils, je la voyais délacer le haut de sa nuisette d’un doigt paresseux.
Elle est très agaçante quand elle s’y met.
J’ai posé mon livre.
- Tu ne veux pas aller dans ta chambre pour faire ça ?
- Je suis bien là, t’as qu’à changer de place.
- Ah oui ?
- Oui.
- Et je peux t’aider aussi, tant qu’on y est ?
- Tu ferais ça ?
- Mais je ferais tout pour toi ma chérie, j’ai soupiré.
Elle s’est levée balançant sa nuisette en chemin et tous tétons dehors, en moins de temps qu’il n’en faut à Calixte pour vider une bouteille de Mumm, elle s’est retrouvée à califourchon sur moi. Je n’ai pas eu le temps de protester, de lui expliquer que c’était du second degré, ou quoi que ce soit d’autre. Elle avait fourré sa langue dans ma bouche.
Elle est super douée avec sa langue quand elle ne s’en sert pas pour parler.

Bon je ne vais pas tout vous décrire par le menu, vous êtes grands, vous savez tous ce que font deux filles entre elles quand elles n’ont pas de mec à se mettre sous la langue.
Au niveau de la bande son ça donnait ça :
Framboise ….

Oh Framboise….
Mmmmh…
Oh…
Griotte….
Oh
Griotte
Oooh
Griotte tu me tires les cheveux
Oh pardon
Aaaah
Oh mmrrammoisse
T’es pas obligée de parler quand tu fais ça…
hhooggay
Ooohohhhh

Quand on a eu fini, et qu’on était sagement allongée l’une à côté de l’autre et j’ai essayé de me souvenir de la dernière fois où j’ai tripoté une fille.
Impossible, je n’arrivais pas à me concentrer, et pour cause : Griotte n’arrêtait pas de me lécher le téton gauche. Ça me rend folle.
Alors pour l’occuper je lui ai demandé, à elle :
- C’est quand la dernière fois que tu as couché avec une fille Griotte ?
- Ben, tout de suite.
- Je veux dire avant.
- Oh, euh, tu te souviens en Angleterre quand on a fait un drapeauthon*. J’avais un mec de retard sur toi, alors j’ai pris une fille.
- C’était pour quel pays.
- Ben elle m’a dit qu’elle habitait à Lituanie, C’est au Portugal non ?
J’ai pas répondu.
J’avais sommeil soudain.
- Framboise …
- …
- Oh Framboise….
- Mmmmh…
- On recommence demain ?


Ca c’était lundi.
Elle a remis ça tous les soirs.
J’en peux plus. Phryne est en vacances, je suis interdite de séjour chez Calixte alors ce matin j’ai fui à Epernay, chez Père et Mère, j’avais oublié quel jour on est.
Mère est aux anges. Moi beaucoup moins.
Demain je me sauve ailleurs. Un bon samaritain ?




Vivement que David rentre.




*Drapeauthon : concours entre plusieurs filles consistant à se taper le plus de mecs de nationalités différentes sur une période donnée. On en reparlera.


Image : tirée de Scarlet Diva d'Asia Argento, je crois.

14 commentaires:

Cl'm a dit…

Mince, Gabriel est contagieux !

Framboise a dit…

C'est tout ce que vous trouvez à dire ? Je suis sûre que lorsque mon tendre Gab' lira ma détresse il me proposera immédiatement de m'héberger, lui.

Ant. a dit…

Framboise chérie,

Votre détresse m'a ému. Ma porte et le reste vous sont ouverts, puisqu'il s'agit vraiment d'un cas d'urgence, que dis-je, de force majeure.

(Si vous venez, pensez à prendre des capotes, il ne m'en reste plus que 15 ou 20 et ça fait un peu court).

Nefisa a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Framboise a dit…

Antoine : Vous êtes chou, vous alors ! Mais votre femme dort dans le canapé, parce que même dans un truc à trois, je ne veux plus entendre parler de clitoris (sauf le mien bien sûr)

Le Graphopathe a dit…

Ma pauvre colombe,
Je suis vraiment navré, mais vous me trouvez sur le départ pour Florence. Je ne pourrai donc vous être d'aucune utilité cette semaine.

Par contre, j'ai eu la possibilité de vous faire prêter une robe de la dernière collection Chanel. J'ai téléphoné à qui il fallait pour qu'elle soit livrée samedi matin chez vos parents. Elle sera récupérée au bout d'une semaine. J'espère que vous en ferez bon usage.

Affectueusement

Klixte a dit…

Ce que le Graphopathe veut dire, c'est qu'il apprécierait que tu ne vomisses pas sur l'oeuvre d'art qu'il à l'inconscience de te faire prêter.

Mais te connaissant, c'est pas gagné.

Framboise a dit…

Gabriel : Vous êtes adorable.
Je vais en faire bon usage.


Calixte : Nan. En fait, j'ai même pas envie de te répondre.

MACAO a dit…

Si c'est pas du très pur plaisir en tout les cas ça y ressemble drôlement
De très belle envies d'une douce et belle imagination!bises!

Feuille a dit…

Save a tree. Eat a beaver.

Ant. a dit…

@Feuille,

Tiens, c'est mignon ça :-) (même si j'ai du chercher ce que voulait dire beaver...)
Protégez les souris, bouffez une chatte ?

Framboise a dit…

Macao : Merci beaucoup :)

Feuille : tiens je n'avais jamais considéré ce motto sous cet angle là. et pourtant j'ai l'esprit mal tourné. (mais au vu de votre blog, vous me battez à plate couture)

Ant. Mignon, vous m'ôtez les mots de la bouche. Mais dites moi, vous avez besoin de cours de langue mon grand loup ?
Je suis toute prête à vous faire explorer la profondeur de mon bilinguisme si vous le souhaitez.

Ant. a dit…

Chère Framboise, balise de mes soirées solitaires,

Venez vite mettre ma pratique de la langue au niveau de votre propre expérience, je brûle de tout connaître des finesses et des profondeurs de votre syntaxe.

En échange, je vous montrerais une pratique amusante qui s'appelle "mettre la charrue flamande avant les boeufs bourguignons", c'est un peu acrobatique mais très agréable.

Feuille a dit…

Je n'ai plus l'esprit mal tourné. Il n'est maintenant orienté que vers une seule direction : sous la ceinture.