09 avril 2010

Calixte, ce garçon vraiment crade

Je vous ai raconté que Gab’ et Yuri avaient enfin commencé à faire des cochoncetés ensemble, dans l’absolu, ça ne me réjouit pas vraiment, mais c’est mieux que devoir subir cette ambiance lourdingue toute en frustration ET leur gazouillis courtois à filer la gerbe à un paladin de conte de fées.
Et puis, je vais être franche, la maison de Virgilio se prête assez bien aux petites escapades nocturnes, celles qui en longeant une terrasse ou un balcon me permettent d‘aller voir si… si tout se passe bien dans la chambre d‘à côté. C‘est important. Imaginez, si Yuri épuisé s‘endort et que mon Gabriel, si doux et si fragile nous fait un malaise d’avoir trop fait de sexe, eh bien, il faut quelqu‘un pour lui sauver la vie.

Hier soir, je me suis donc glissée par la porte fenêtre de la chambre de Cl’m qui n’était pas là, pour aller voir si tout ce raffut que Yuri et Gabriel faisaient n’était pas un appel à l’aide désespéré.
Mais non, le couple, à même le tapis s’entremêlait si intimement que si je ne connaissais pas si bien chaque centimètre carré de peau de mon tout tendre, j’aurais eu bien du mal à savoir quoi appartenait à qui.

Je suis restée au cas où, on ne sait jamais ce qui peut se passer, et puis Gabriel venait d’allonger Yuri et de s’empaler sur lui avec un regard tellement lubrique qu’il allait forcément se passer quelque chose d’intéressant. Et ce fut encore plus intéressant que je ne le pensais puisqu’Arcangelo est entré sans frapper. Je ne sais pas ce qu’ils se sont dit, mais Gabriel à fait un geste d’invitation et avant même que j’ai eu le temps de me glisser un doigt pour accompagner le mouvement, le corps sculptural d’Arcangelo était débarrassé de toute contrainte textile. Et comme il s’avançait vers le couple encore soudé, sa bite s’élevait lentement.
Moi, je commençais à avoir super chaud. Je crois que de la vapeur m’est sortie des oreilles quand Arcangelo a été assez proche pour que Gabriel puisse commencer a lui lécher le gland. Je sais pas ce qui était le plus mouillant, le visage épanoui d’Arcangelo, l’air complètement affolé de Yuri qui d’une main tâtait la cuisse ferme d’Arcangelo et de l’autre s’accrochait à la fesse délicieusement bombée de Gabriel, ou la dextérité de mon tout doux, capable, avec tant de grâce de faire jouir deux types à la fois.
Sauf qu’aucun n’a joui. A un moment ils se sont arrêtés, je ne sais pas encore ce qu’ils ont dit, mais l’instant d’après Gabriel s’était installé sur le lit, et regardait Yuri et Arcangelo qui se suçaient l’un l’autre. Ca avait l’air de l’exciter sacrément de voir ses deux prétendants en 69, moi, je trouvais ça, bizarre, pour le moins. Mais, Gabriel, ça le rendait tout rouge, tout dur, et tout tendre envers lui-même, et moi quand il se touche ça me rend dingue.

Je ne vous cache pas que quand la pluie s’est mise à tomber sur la terrasse où je me trouvais, j’ai pris ça comme un cadeau du ciel, jusqu'à ce que je la trouve un peu drue, un peu trop chaude et que le nuage qui la laissait échapper ne lâche un rôt retentissant de satisfaction. J’ai levé la tête pour découvrir Calixte qui secouait nonchalamment la dernière goutte, de sa fenêtre. J’ai retenu un cri, parce que sinon elle me serait tombée dans la bouche et j’ai foncé dans la chambre de Cl’m.

Il était là ce con.

Il m’a regardé avec une moue encore plus dégoutée que d’habitude.
- Vous puez.
- Calixte m’a pissé dessus.
Il a eu un sourire en coin le salaud, je l’ai vu.
- Vous dégouttez sur le sol, c’est pas du lino ici cheurie, il a lâché en me tendant une serviette d’un air dédaigneux, et vu l‘odeur, j‘ignore ce que votre frère a encore bu mais ça risque de laisser des marques.
- Je peux utiliser votre salle de bain ?
- Non, essorez-vous et foutez le camps.
- Salaud.
- En échange, je ne vous demanderai pas ce que vous foutiez dehors. Si j’avais le moindre intérêt pour vous, je commencerais à m’inquiéter de la tournure que prennent vos déviances sexuelles. Et je ne parle pas de cette malencontreuse douche dorée.

J’ai trouvé ça super vexant comme remarque.
Du coup, je suis partie sans lui rendre la serviette.

6 commentaires:

Griote a dit…

Hiiiiiiiiiiiiiiii Framoise,

Tu pourrez pas les filmé. Sa serait tro top pour mon cite. Je conte ouvrir des session yaoi bientô, les jumaus reluke tro le cul d'Eros.

(c un secret mé je me suit touché en lisans t'écrit tro bien hihihi)

Framboise Hurtebise a dit…

Merci ma chérie, j'espère juste que c'est pas au moment où Calixte m'a uriné dessus.

Sinon, non, je filme pas, je crois qu'il y a des limites à l'esprit de partage. Et Gabriel a été assez gêné avec cette vidéo de lui et moi il y a une an.

Cl'm a dit…

Mais bon sang, comment osez-vous raconter ce que les autres font dans leur pieu.
Que vous vous étendiez sur vos turpitudes, visiblement vous ne savez pas vous en passer, mais un peu de respect pour les autres, enfin.

Je sais que Gabriel a une côté impudique qui est parfois rafraîchissant, mais là il y a des limites, quand même.

Framboise Hurtebise a dit…

Je ne vois franchement pas pourquoi vous vous inquiétez, vu la vie sexuelle insipide que vous menez, y'a pas de risque que je me mette à la raconter ici. Ça endormirait mes lecteurs.

LeGraphopathe a dit…

L'apéritif est dans une demie heure.
Ca se passera en public.

Si je vous trouve dans les couloirs avant l'échéance, je vous étrangle avec la lanière de votre sac à main.

un Arcange a dit…

Ahah, ça fait une petite demi heure que je guette une réaction ^^.

Du calme Caro mio. Cette pauvre Framboise est totalement sous ton charme. Vois les choses ainsi.
J'en suis tellement persuadé que je ne doute même pas qu'elle aille jusqu'à raconter la soirée qui a suivi.

Mais avant ça, j'aimerais que son frangin m'explique pourquoi après avoir lutiné la moitié du personnel féminin de la maison il s'amuse de surcroît à uriner dans notre jardin.