03 janvier 2010

La Butch de Noël (j'ai pas pu résister...)

J'ai un oeil au beurre noir...

Hier matin j'ai eu un fou-rire toute seule en maquillant l'autre oeil dans les mêmes tons, ça me faisait ressembler à une émo-girl atteinte de Parkinson. Après j'ai démaquillé et j'ai camouflé à l'anticerne, j'avais un rendez-vous galant et pas vraiment envie de raconter comment j'avais attrapé un cocard. Mais à vous je peux le dire n'est ce pas ?

En fait, j'ai, comme beaucoup de monde, fêté le nouvel an. Ma bonne résolution du 31 décembre était de rester assez sobre pour me souvenir le lendemain à qui j'avais roulé des pelles au moment des douzes coups. J'ai été aidée en cela par le fait que Gabriel m'a prêté une demi-douzaine de tenues Lacroix, que je lui ai promis de porter à toutes les occasions ce mois-çi où il y aurait des gens suffisement au fait pour apprécier le geste. Comme je n'ai passé le réveillon ni avec Griotte, David et les autres, ni avec Phryne (elle est plutôt Prada et elle m'avait invitée à une soirée à thème : Barbie... j'en ai marre des adultes qui jouent à la poupée, et en plus les Barbies s'habillent en Lagerfeld il paraît). J'ai mis une robe rose, car c'était une soirée à thème Rose, guère mieux que Barbie, je vous le concède, mais les participants avaient nettement plus de conversation que les anciennes copines de couvent de Phryne.

A minuit vingt (il y avait plein de monde et certaines embrassades ont duré plus que d'autres) je suis allée me changer pour pouvoir profiter de la soirée (j'ai mis une mini jupe en skai rose et je sais que Gabriel ne m'en voudra pas,car j'aurai eu l'air fin à danser avec la robe, et ce petit bijou aurait surement mal résisté à mes déhanchements) et à 6 heures du matin, je suis rentrée chez moi, laissant ma tenue Lacroix aux bons soins de mon hôte jusqu'à ce que je sois assez claire pour la ramener chez moi sans l'oublier à l'arrière d'un taxi.

En pénétrant dans l'appartement et au travers de mon brouillard éthylique, il m'avait bien semblé apercevoir deux formes allongées sur le canapé. Ah mince des cambrioleurs, j'ai pensé, mais au lieu de hurler, j'ai juste fait l'effort de me souvenir que Candice avait organisé son réveillon avec quelques amis à l'appartement. Ces deux là étaient donc sûrement des locataires provisoires (d'ailleurs on a rarement vu des cambrioleurs faire la sieste chez leur victimes à 6 heures du matin).

Le temps d'ôter mon top et ma jupe et je dormais.

Vers 14h30 fraîche comme une fleur séchée, je me suis dirigée vers la salle de bain. Saluant au passage d'un "bognagnnée" les trois personnes qui prenaient leur café au salon.
Candice m'a répondu quelque chose que j'ai pris comme une proposition à les rejoindre ensuite pour le café, j'ai dis oui oui, et je suis entrée dans la salle de bain.

Je venais de refermer la porte tout en baissant ma petite culotte quand j'ai réalisé que je n'étais pas seule.
Il y avait un homme.
Nu.
Il était devant le lavabo, un peigne à la main. Il me tournait le dos et il me regardait par l'entremise du miroir. J'ai pas perdu mon sang froid, il avait les épaules bien développées, que je serais bien allée mordiller, des biceps au galbe impeccable lui faisant des bras dans lesquels j'aurai adoré tomber et des fesses qu'il aurait fait bon d'aggripper pendant une partie de jambes en l'air. Ses cheveux noirs et dru à demi-coiffé n'appelaient que les caresses et son visage tel que je l'apercevais dans le reflet embué renvoyé par le miroir avait une prestance mâle mise en valeur par d'épais sourcils bien dessinés et une mâchoire volontaire sans être trop prognathe.

J'allais minuader quelque chose en finissant de laisser tomber ma culotte à mes pieds quand il s'est retourné et m'a souri.
- Aaaaah, j'ai crié en constatant quelque chose d'horrible.
Et sans plus de cérémonie, j'ai  ouvert la porte et pris mes jambes à mon cou, oubliant que j'avais la culotte aux chevilles et j'ai fait un vol plané dans le couloir, réussissant le tour de force de me donner un coup de poing dans ma chute.


Quand j'ai repris mes esprits j'étais allongée sur le canapé, Candice m'éventait avec un magazine, et les deux jeunes femmes que j'avais aperçu sur le canapé la vei... au matin, l'encadraient,  leurs regards pleins d'inquiétude.

En me redressant j'ai failli m'évanouir à nouveau, appuyé sur le dossier du canapé et me surplombant, l'homme était là, les biceps scintillants bien dégagés et une bretelle de soutien-gorge dépassant de son marcel.
- Je t'avais prévenue qu'il y avait quelqu'un dans la salle de bain, a soupiré Candice. Tu n'étais vraiment pas réveillée.
- Gné ton grand frère ? j'ai soupiré refermant les yeux, ça devait être une illusion d'optique.
- Framboise...
- Je vais peut être aller lui chercher de la glace , elle a l'air sonnée a tonné la voix au dessus de moi.
- Non merci Monsieur, je vais lécher? J'ai murmuré en tentant d'ouvrir un seul oeil pour me débarrasser de la vision en trois dimensions qui déformait le torse de l'homme de la salle de bain (l'autre oeil, effectivement, commencait à gonfler)
Mais même avec une seule rétine et en regardant de côté, il avait toujours des seins, et quand il me souriait, un peu gêné, sa légère moustache tremblotait sur sa lèvre supérieure.
-Framboise, tu ne peux pas te lécher l'oeil et tu délire un peu je crois. On devrait appeler un médecin. a suggéré Candice.
- Gnon, ça ira, je vais juste dormir. Vous avez fait une soirée trans hier ?
- Non, juste une soirée entre filles, pourquoi ?
- Ton copain de la salle de bain il t'a piqué un soutif' et il a pas de zizi.
- Bon j'appelle le docteur, a soupiré Candice, tu as vraisemblablement des problèmes de vision, mon copain, c'est Annette, ma petite amie. J'aurais aimé te la présenter d'une autre manière.

Et moi j'ai dit :

"Ah, Bonne année Monsieur"
Et j'ai fait semblant de m'évanouir à nouveau.

(Mais depuis que le médecin a dit que j'allais très bien, Annette ne me parle plus)

6 commentaires:

Le Graphopathe a dit…

Arf oui, il me semblait bien que j'avais oublié de vous préciser un détail lorsque je vous ai donné les coordonnées de Candice.

J'avais un peu peur que vous essayiez de la draguer dans un premier temps. Candice est adorable, elle est aussi très jalouse. Mais comme vous n'avez fait la connaissance d'Annette quand elle était habillée, ça va.

Faites gaffe quand même et essayez d'être charmante avec elle. Elle est redoutable au catch.

Ah et au fait (ça aussi j'allais oublier). Vous vous embrasse en vous souhaitant le meilleur pour cette année nouvelle.

Framboise a dit…

J'attends de vous voir pour vous exprimer de vive bouche tout le bien que je vous souhaite pour cette année.

Quant à Annette, je crois que je vais simplement l'éviter. Elle me fais un peu peur.

pavot a dit…

Mais pourquoi, mais pourquoi alors Ginger et pas Annette ?!
Juste une histoire de couleur de cheveux ?
Trop triste ...

Framboise a dit…

Déjà Annette est prise , et même si elle était célibataire, ce n'est pas une histoire de cheveux mais de moustache. Ginger en a nettement moins (et elle se rase les aisselles, et s'épile les jambes et...je continue ? )

Arcangelo a dit…

Si vous vouliez dire "de vive voix", j'imagine que vous deviez être un peu pétée au moment de rédiger.

Si vous entendiez vraiment "de vive bouche" je préfère vous prévenir qu'il rôde autour de notre ami une espèce de roumain extravagant qui prend assez vite la mouche quand on l'approche de trop près (ou avec les mains).

Amicalement

Framboise Hurtebise a dit…

J'entendais bien lui rouler une pelle monumentale. Mais si même vous et votre charme êtes éclipsé par son prince russe, je suppose qu'un chaste bisou dans le cou fera l'affaire. C'est un peu frustrant,vous êtes sûr qu'il n'est pas partageur ?