22 novembre 2009

La clé de l'efficacité.

"Vite !" Il souffle dans mon cou, je sens son haleine de martini-fraise qui vient effleurer ma nuque délicate, c'était bien la peine de mettre du Poison, il ne doit rien sentir. Pas grave, j'ai d'autres atouts ! Et il les trouve vite, il va tout déformer ma robe ce goujat à glisser ses mains brûlantes dans mon décolleté. Il pourrait passer par en dessous, ou la retirer tout de suite comme ça je serais nue et il n'aura plus de problème pour trouver mes tétons.

Des fois, vraiment, les mecs manquent de pragmatisme.

On tombe sur le lit, moi au dessus, je lui déboutonne sa chemise, avec les doigts, j'ai pas le temps de le faire avec les dents, on a pas que ça à faire.J'ai à peine le temps d'embrasser des pectoraux merveilleusement lisses aux petits tétons bruns tout durs, que ses mains saississent les miennes et les font descendre sur sa braguette. Je ne m'en offusque pas, c'est au bord l'explosion par là, un cas de force majeure, et une perspective appétissante.

Je jette un oeil au réveil avant de m'intéresser à ce qui fleurit entre mes mains, il est 17h47 et ça fait un bon 20 centimètres. Oh j'adorerais le suçer en commençant juste en lui léchant le petit bout et puis en l'avalant tout entier. Ça doit être trop amusant et vu comme il gémit déjà alors que je joue juste à le caresser avec deux doigts, l'avoir tout dans la bouche et complètement esclave de ma langue ça doit être merveilleux. Je me laisse glisser à genoux sur le sol, je veux absolument y gouter, même si c'est qu'une minutes. Mais il me relève et remonte ma robe, il rigole en voyant que j'ai pas de culotte et m'embrasse, sa langue part de mon nombril et descend pour me titiller un peu, la position n'est pas idéale, j'envoie valser ma robe et je le renverse à nouveau sur le lit, avec mon clitoris à deux centimètres de ses lèvres il y arrivera sûrement mieux ! Agrippé à mes cuisses il me lèche à grands coups, j'adore ça, mais je le laisse me mouiller juste assez, on a pas le temps ! Dommage, il avait l'air assez doué, 5 minutes de plus et il aurait pu me faire jouir.

J'attrape un préservatif, et je lui enfile, j'ai à peine fini qu'il m'attrape par les hanches et me fait glisser sur lui.
Oh oui !

Ce type a des mouvements de bassin qui concordent si bien aux miens qu'on a dû être fait l'un pour l'autre, je hulule au bout d'une minute, j'agrippe ses cheveux, je lui mordille l'oreille, je ne sais plus qui je suis et je suis bonne pour reprendre une douche. J'explose quand il me glisse un doigt dans le derrière et que sa bite devient super raide en moi.
Aah !


Aaaah, je jette un oeil paniqué au réveil il est 17h58. Et Candice est la fille la plus ponctuelle du monde et elle a dit qu'elle rentrait à 18h00 pile !
On se rhabille vite fait, je le recoiffe rapidement pendant qu'il boutonne sa chemise et on cours s'installer sur le canapé devant nos verres.

- "Ah Framboise," s'exclame Candice à 18h02. Je viens tout juste de reprendre une couleur normale et lui n'a pas totalement effacé ce drôle de sourire niais qui barre son visage. (vous savez, LE sourire niais) , " "Tu es là, et je vois que tu as fais la connaissance de mon petit frère Grimauld, j'avais oublié de te dire qu'il avait une clé, tu n'a pas eu peur en le trouvant dans le salon j'espère ?"

Grimauld et moi on sourit bien en même temps en  faisant un signe de dénégation. On lui dit pas qu'en fait, en sortant de la salle de bain, je l'ai trouvé dans ma chambre en train d'inspecter dubitatif ma collection de préservatifs (je les avais étalés sur le lit pour classer les emballages par couleur. Je m'ennuyais un peu.)

- Très bien, très bien. Mais je vais te l'enlever pour le moment, cette tête de linotte se marie dans deux mois et rien n'est réglé, elle soupire. je me demande bien ce que tu peux fabriquer durant ton temps libre. ajoute-t-elle à l'adresse de son frère.
Et ils sont partis discuter dans le bureau de Candice.

C'est bien tout ça, ça veut dire que je peux filer une clé au Graphopathe ou à mon frangin, Candice ne dira rien. (Plutôt le Graphopathe, lui à tendance à remplir le bar alors que mon Calixte le vide. )

14 commentaires:

francois-fabien a dit…

Mais alors?!... Il va pas arriver vierge au mariage?!?... Le pôôôvre!

Le Graphopathe a dit…

Ouch !

Ce garçon se disperse vraiment trop.
Il a une frimousse de collégien et il en profité éhontément. Le coup du doigt, cest moi qui lui ai appris -_-.

Framboise a dit…

françois-fabien : bah c'est mieux pour sa femme non ?

Le graphopathe : Pfff, et vous vous dispersez pas mal aussi. A l'avenir tatouez vos amants que je sache si vous êtes passé avant. Ça devient presque une habitude de partager nos casse croûte. Je ne suis pas sûre d'aimer ça.

Le Graphopathe a dit…

Grimauld n'a jamais été mon amant. Il est quand même trop hétéro de base pour ça.

C'est juste qu'il y a quelques mois, il avait besoin que je lui file un coup de pouce et...
Mais je ne suis pas sûr que ce genre d'anecdote soit à sa place ici.

Framboise a dit…

Un coup de pouce... Vous connaissant, vous l'avez pris au pied de la lettre.

Bien, soyez sympa, il est pratique, et avec livraison à domicile, j'aimerai en garder l'exclusivité.

Pavot a dit…

Je crois que j'ai pas tout compris ...
Il a eu le temps de l'enlever, sa capote, ou ça a fait comme dans garp ???

Anonyme a dit…

OK, c'est pas Garp, ça doit être L'épopée du buveur d'eau ... Où, après un coïtus interrupté dans l'urgence, le héros rentre chez lui et se retrouve à bavarder dans la salle de bains avec sa femme, tout en s'adonnant à une petite miction, cette dernière s'avérant vite impossible à cause de la barrière de caoutchouc laissée en place (ce qui lui était totalement sorti de la tête, au contraire de ... bref)

Comme quoi les bombes à eau ne sont pas réservées aux gamins de moins de 10 ans ...

Cl'm a dit…

Vous êtes médisante avec ce pauvre Gab'.
Il n'a jamais été l'amant de ce David Copperfield de la bite.

Moi je connais l'histoire, je peux la raconter vu la valeur morale de votre blog.
Le brave Grimauld brûlait de se faire introduire (et pour une fois, Cheurie, soyons gentille et lisez la phrase au second degré si vous en êtes capable) dans l'entourage de quelqu'un que le Graphopathe fréquente un peu (mais qui ne fréquente-t-il pas ?). Tout ce qu'il a trouvé comme monnaie d'échange, c'était un pénis à sucer, le sien en l'occurrence. Gabriel aime rendre service, mais il n'allait pas se priver non plus. L'histoire s'arrête là.

Framboise Hurtebise a dit…

Pavot et anonyme (ou pavot aussi qui se reprend mais oublie son pseudo) : Je crois me souvenir qu'il a eu le temps de retirer le préservatif, par contre je ne l'ai pas retrouvé dans la chambre, je suppose qu'il l' glissé dans sa poche par réflexe.

Cl'm : Super, Latal, vous êtes vraiment un type charmant, vivement que nous soyons liés par les chaines du mariage tiens. Si le Graphopathe ne souhaitait pas le raconter vous n'aviez franchment pas à le faire pour lui.

Bon, au moins, maintenant, je sais que j'ai quelqu'un avec qui gloser sur la forme aérodynamique de la verge de Grimauld, c'est mieux que d'en papoter avec sa future femme

Klixte a dit…

Et Gerboise, t'es vraiment trop cruche comme fille. Parfois je doute que tu sois ma soeur.

Ch'suis passé chez gab' prendre l'apéritif parce que le bar est vide chez moi, là où je vis quoi. Et les deux zozos étaient en train de se foutre de ta poire.
Paraît que c'est tout ce qu'ils ont trouvé pour que tu arrêtes de tourner autour de Saint-Grimauld parce que c'est un petit garçon bien et qu'ils veulent pas que tu le pervertisses.
Ils ont de ses idée, parfois je me demande pourquoi ce sont mes amis.

Le Graphopathe a dit…

Calixte, tu es un mauvais camarade.

Mais de grâce Framboise, lâchez Grimauld il ne vous a rien fait ce pauvre garçon et, connaissant Candice, le moindre incident dans le cadre de cette affaire pourrait la mettre dans des états désastreux.

Cl'm a dit…

Tout ça parce qu'on a pas voulu que tu emportes des bouteilles en ravitaillement. C'est mesquin.

Le Graphopathe a dit…

Oh Cl'm, tu es là ^^

Framboise Hurtebise a dit…

Bon c'est fini oui ? C'est pas parce que j'ai tiré un coup avec le petit frère de ma coloc que le monde va s'arrêter de tourner.

Gabriel, vous me décevez, je n'aime pas quand vous me mentez. Latal plus rien ne m'étonne venant de vous.
Frangin merci du tuyaux, la prochaine fois essaie de tourner ça gentiment.
Taisez vous maintenant.
Tous !
J'essaie de me vernir les ongles de pieds.